Porto Vecchio est une ville côtière Corse. Elle se situe à quelques minutes des plus belles plages de l’île de Corse, Palombaggia et Santa Giulia. D’ailleurs, Porto Vecchio fait partie du top 3 des villes les plus prisées de Corse. Néanmoins, avant d’être l’adresse touristique par excellence, la ville a dû traverser bien des épreuves à travers les époques. Voici un petit résumé sur les évènements déroulés au cours de son histoire.

Porto Vecchio, de l’antiquité à aujourd’hui

En 1539, durant la colonisation Génoise, en vue de mettre en valeur la plaine et de permettre une meilleure exportation de denrées vers les différentes cités de la région. Les sénateurs génois ont proposé à la banque génoise “l’office de san giorgio” de mettre en place une forteresse dotée de cinq portes. À savoir, la citadelle de Porto Vecchio.

Pourtant le projet n’aboutit pas comme ils le souhaitaient. Les conséquences étaient pénibles. La citadelle est devenue le quartier général des malfrats et pirates. La ville a également souffert de la propagation d’une maladie infectieuse très dangereuse : le paludisme !

D’une autre part, les citoyens corses habitant les autres régions de l’île se sont révoltés contre la place qu’occupaient les colons par le biais de la forteresse qui d’ailleurs nuisait à leurs activités pastorales. Ainsi, le lieu, faisant objet de controverses, fut détruit et reconstruit à trois reprises, entre 1540 et 1589.

Puis, lorsque la Corse a pris son indépendance de la république de Gênes, en 1768. Et étant donné qu’elle fut cédée à la France en vertu du traité de Versailles, sous le règne de Louis XV.

En 1769, les troupes du souverain ont occupé à leur tour la forteresse, un espace de 03 hectares, en la rebaptisant “le bastion de France”.

blank

Dénomination et surnom de la ville

En langue Corse Porto Vecchio s’écrit “Porti Vecchju”, et signifie vieux port, en italien.

D’autre part, la ville de Porto Vecchio fut longtemps référée en tant que “cité du sel” à cause de ses nombreuses zones marécageuses qui produisaient, autrefois, du sel.

Et en effet, la forteresse n’étant pas dotée de pentes, la stagnation des eaux dans les marais a également contribué à une invasion de parasites appelés « anophèles ».

Depuis 1850, des travaux d’assainissement ont régulièrement eu lieu, en vain. Par ailleurs, le développement urbain et économique de la ville a commencé à prendre forme à partir du 20 ème siècle lorsque la région est parvenue à évacuer une bonne partie des marais et par la même occasion éradiquer définitivement les anophèles à savoir les parasites vecteurs de paludisme.

L’expansion de Porto Vecchio

Petit à petit, des infrastructures routières ainsi qu’un réseau viaire ont été mis en place afin de relier la région à ses environs. Ainsi, loin de son passé troublant, Porto Vecchio est devenue le chef-lieu d’un canton de 17 500 hectares !

En résumé, les projets d’assainissement ainsi que la mise en place des axes routiers ont contribué au développement et à l’expansion de la ville.